Présentation de l’étude DULBEA CEG sur les incidences budgétaires de la Sixième Réforme de l’Etat sur le financement des entités fédérées francophones.

Au cours de notre conférence de presse du 13 septembre 2016, nous avons exposé les coûts cachés de la Sixième Réforme de l’Etat au détriment des entités fédérées francophones. L’étude commandée auprès du département d’économie appliquée de l’ULB pour le compte de notre Centre d’études corrobore et confirme le bien-fondé de notre analyse de la Sixième Réforme de l’Etat.
Loin de constituer au profit des entités fédérées francophones (Région wallonne, COCOF, Fédération Wallonie-Bruxelles) un viatique confortable dans un avenir proche, l’exécution de la Sixième Réforme de l’Etat apportera des manques à gagner, voire appauvrira celles-ci alors que des politiques publiques essentielles (emploi et allocations familiales, financement des hôpitaux) devront être menées.
Une fois encore, nous devons constater que les erreurs du passé (notamment la loi spéciale de financement des Communautés et Régions de 1989) se sont reproduites.
Le CEG invite les partis francophones à la vigilance et à la conscientisation en vue d’une éventuelle Septième Réforme de l’Etat , dont nous ne sommes aucunement demandeurs, mais qui serait revendiquée par les partis flamands dont la NVA.
La révision de la clé 80/20 de financement des institutions à Bruxelles au profit des Francophones constituerait assurément une arme de négociation dans l’hypothèse de revendications institutionnelles de la Flandre.

Voici d’une part le power-point présenté par l’équipe DULBEA et d’autre part notre note d’analyse et de conclusions politiques.

Christophe VERBIST

Directeur du CEG

DULBEApresentation_CF_20160909_FINALenvoyé13_09_2016_

DULBEA CONFERENCE DE PRESSE document final

liens

  • image
  • image