Témoignage après les attentats de Bruxelles

Le Bureau du CEG a décidé de publier le témoignage d’un militant, souvent présent lors des activités de notre Centre d’études , et qui rencontre l’expression de notre vécu et ressenti  après les tragiques événements de mardi dernier.

Les desseins des attentats de Bruxelles

 

Nos condoléances et nos premières pensées vont aux familles des victimes des attentats de ce matin perpétrés à Bruxelles et son aéroport international de Zaventem.

Après Paris, le terrorisme a encore frappé aveuglément à Zaventem et dans un métro du centre de Bruxelles. En exécutant froidement et lâchement des innocents et des civils,  les terroristes voulaient atteindre un but politique qui consiste non seulement à semer la mort, mais aussi et surtout à nous pousser à nous haïr les uns les autres et à nous prendre en haine. C’est pourquoi, nous devons rester unis et solidaires face à cette épreuve difficile afin de ne pas tomber dans leur piège. Piège qui nous ferait vivre dans la terreur pour nous paralyser. En effet, les auteurs de ces actes criminels perpétrés au centre de la capitale cosmopolite de l’Europe, Bruxelles, voudraient nous amener à croire en l’impossibilité de la coexistence entre les différentes composantes de la société belge, de leurs rencontres, de leur échange et de leur enrichissement mutuel. Nous n’allons pas leur permettre de réussir cette tentative de division. Car notre succès contre le terrorisme passera au contraire par plus de rencontres, plus de débats, d’échanges, et de réflexions.

Levons-nous tous ensemble comme un seul homme, restons debout et dignes face à ce qui nous arrive en ce moment. Evitons la colère violente,  le rejet de l’autre, et le repli sur soi. Continuons à tisser inlassablement une Belgique fédérale, laïque, à la fois délicate et fondamentale. C’est seulement ainsi que nous allons pouvoir garantir la sécurité et la stabilité à long terme, de notre beau pays, la Belgique, dans un monde en mutations systémiques perpétuelles. Il s’agit là d’un grand défi à relever.

Enfin, nous devons exprimer notre fraternité et notre solidarité à toutes les familles des victimes, sans aucune exception. Chaque pensée, chaque réflexion, chaque acte de vigilance, de courage, de fermeté, d’ouverture, et d’échange de notre part pourra nous permettre de venir à bout de la terreur et nous conduire vers une victoire finale contre le terrorisme et ceux qui le fomentent.

Saïd CHATAR 

liens

  • image
  • image