Conférence du CEG du 13 mars 2018 sur le service citoyen.

Le 13 mars dernier,  au Centre Culturel d’Auderghem, le CEG organisait sa deuxième conférence de l’année consacrée au service citoyen.
François Ronveaux, directeur de la Plateforme pour le Service Citoyen, Emmeline Orban, secrétaire générale de la Plateforme du Volontariat , Deborah Lorenzino, présidente de DéFI Jeunes, et notre ministre Didier Gosuin, qui a initié cette expérience en Région bruxelloise sur base de se compétences en matière d’emploi, ont dressé les contours de cet instrument de citoyenneté engagée et de cohésion sociale au bénéfice des jeunes de 18 à 25 ans et au service de projets d’utilité collective.
Didier Gosuin a insisté sur le fait que sur le plan sociétal le service citoyen constituait assurément un excellent instrument, mais qu’il n’était pas un instrument de formation ni de placement , ou d’insertion socio-professionnelle.
La nécessité d’assurer la complémentarité et non la concurrence entre le volontariat (régi par la loi, qui dispose d’un statut, et qui peut s’effectuer tout au long de l’existence) et le service citoyen (en attente de statut, dont l’instauration est rendue difficile par la complexité de l’imbrication des compétences communautaires et régionales qu’elle générerait de par son exercice) a été rappelée, de même que l’urgence d’un statut légal pour le service citoyen volontaire et non obligatoire à adopter par l’Etat fédéral avec l’appui d’un accord de coopération entre l’Etat fédéral et les entités fédérées.
Si il est patent que la création d’un service citoyen justifierait des moyens budgétaires conséquents et qu’il est entendu que ceux-ci ne devraient pas grever les moyens dévolus au volontariat, il est certain que ledit service (d’une durée de 6 mois à un an, pour des indemnités encore à définir -200 à 500 euros par mois) peut assurément, pour des jeunes désoeuvrés, faiblement scolarisés, constituer un tremplin pour déterminer leur développement personnel « se sentir bien la société (D Gosuin » à venir (reprise des études, engagement pour d’autres projets, vocation professionnelle) dans des domaines qui participent à la création de plus de solidarité (aide aux personnes, culture et éducation, environnement & développement durable, éducation par le sport) .
Le CEG poursuivra la réflexion en ce sens .
Christophe VERBIST.
Directeur du Centre d’études Jacques Georgin.

liens

  • image
  • image